Point de vue - Interview d'Estelle Veis

Estelle Veis est responsable amélioration continue au Syndicat de l’Orge.

Avec Loïc Bideau, dont vous pouvez lire l’interview ici, elle a été l’instigatrice de la collaboration entre BluSpark et le Syndicat de l’Orge.

Tout est parti d’un constat : en matière de prévention du risque inondation les outils en place devenaient dépassés. Il s’agissait alors de trouver « Comment mieux avertir les usagers sur le territoire »

Le syndicat de l'Orge est une collectivité qui gère la vallée dans laquelle s'écoule l'Orge et ses affluents. Acteur clé de la bonne santé écologique de la vallée, le syndicat assure des missions variées autour de l'eau et du milieu naturel.

Découvrez comment Estelle travaille avec l'application BluSpark

Qu'est-ce que le Syndicat de l'Orge ?

Le Syndicat de l’Orge est un syndicat de rivière et d’assainissement. Il est au service des communes et des agglomérations sur un territoire autour d’une rivière.

Les communes et les agglomérations sont des adhérents, une partie de leurs élus sont au comité du syndicat. Donc ils sont à la fois clients et dirigeants.

Aujourd’hui, on a beaucoup d’activités autour de la surveillance de la qualité de l’eau et de son amélioration.

On a également des communes qui nous donnent une délégation de service pour qu’on entretienne et qu’on rénove leurs circuits d’assainissement. On peut aussi être amenés à créer des stations d’épuration.

Autour, on gère la vallée : on a toute une partie qui est liée à la gestion de sa biodiversité, avec des ilots où les gens ne peuvent pas aller et puis d’autres où on fait de l’accueil du public.

C’est plein de métiers avec des techniques très différentes.

Combien d’agents et combien d’interventions par jour environ ?

On a environ 110 agents déployés entre l’amont et l’aval [de l’Orge].

Le nombre d’interventions varie beaucoup.

On a les interventions liées à notre maintenance normale, comme on le fait dans le milieu naturel : de la tonte, de l’abattage, etc.

On est aussi beaucoup soumis aux risques. Un peu trop de vent, un peu trop de pluie et on va avoir des interventions qui n’étaient pas programmées, des pannes. 

On a également nos interventions propres en interne et puis toutes les interventions avec nos prestataires.

Qui aujourd’hui utilise la solution BluSpark au sein de votre organisation ?

D’une application d’avertissement à la population sur le risque inondation on s’est rendu compte que cette application pouvait remplir beaucoup d’autres attentes du syndicat, liées notamment à notre démarche de certification. 

La certification QSE [Qualité, Sécurité, Environnement] nous demande de contrôler nos activités et d’en mesurer les résultats, aussi bien sur l’état de nos équipements et installations que sur la surveillance des accidents de travail et autres.

Ce qui va être intéressant c’est aussi le fait de pouvoir engager des plans d’action en commun avec nos adhérents [les communes et les agglomérations] et puis de suivre au mieux les prestataires qu’on va avoir missionnés sur certaines activités. Ça nous permet de beaucoup mieux contrôler et piloter l’activité.

D’une application d’avertissement à la population sur le risque inondation on s’est rendu compte que cette application pouvait remplir beaucoup d’autres attentes

Et vous, quel est votre rôle et quelles sont vos missions au quotidien ?

J’ai plutôt une mission de consultante. Je vais essayer d’orienter les managers du syndicat vers un pilotage de leur activité. Ce qui n’est pas encore trop le cas dans les administrations.

C’est prendre du recul et rentrer dans une démarche d’amélioration continue: je planifie, je fais, je contrôle, je mesure et je réajuste si nécessaire.

Pour ça non seulement il faut des méthodes mais il faut des outils. BluSpark c’est un outil qui va nous permettre non seulement de suivre mais aussi de mesurer pour pouvoir prendre des décisions de pilotage basées sur du factuel.

BluSpark c’est un outil qui va nous permettre non seulement de suivre mais aussi de mesurer pour pouvoir prendre des décisions de pilotage basées sur du factuel.

Qu’est-ce que Bluspark a permis de transformer au Syndicat ?

Le fait qu’il manque des outils au syndicat, que ceux qu’il pouvait y avoir sont devenus obsolètes, a entrainé une sorte de désengagement de la part des agents. Déjà là, ça a remobilisé les agents sur le terrain.

En fait, les agents ne sont pas agents par hasard. Ce sont des gens qui se dédient au service public, qui ont des vocations, vraiment. Ils sont amoureux du territoire et du fait de bien faire pour les riverains de la vallée.

En leur donnant cet outil, de nouveau ils se sentent utiles et sentent qu’ils vont pouvoir faire quelque chose pour améliorer la façon dont on travaille. Et donc pouvoir améliorer la qualité du service qu’on rend au grand public. Là, je sens qu’il y a quelque chose qui commence à se passer.

Est-ce que vous avez rencontré des résistances ?
Si oui, comment vous les avez gérées ?

Dès qu’il y a un changement il y a des résistances, c’est humain. Il y a toujours les 3 mêmes types de résistances, c’est soit :

– Peur qu’on aille voir ce qu’ils font, donc une résistance liée à la perte de pouvoir

 « Je vais pas savoir faire »… là c’est une résistance de compétence

 Ou alors c’est des gens qui ont toujours fait comme ils font, et là on est dans une résistance de confort

Mais malgré ces résistances il y a aussi des gens qui sont prêts à s’embarquer les premiers, quand on dit qu’on va quelque part. Donc les uns avec les autres, on avance.

Ça se gère, les résistances, il faut simplement démontrer pourquoi on fait la chose et le bénéfice que ça va apporter. 

Là on a vraiment un outil qui aide, on pourra mettre le doigt sur les choses. C’est un outil qui va permettre d’avoir des faits réels et de savoir où on va.

Ça se gère, les résistances, il faut simplement démontrer pourquoi on fait la chose et le bénéfice que ça va apporter.

Vous avez un plan d’accompagnement spécifique en interne ?

On va faire très classique : une réunion de lancement , des pilotes et des revues d’avancement régulières pour le déploiement des plans d’action et leur suivi. 

Ces revues d’avancement seront aussi là pour montrer, démontrer ce que l’application nous a permis d’identifier comme dysfonctionnement et ce qu’on a apporté comme solution. Dire, surtout, « si on n’avait pas fait ça, regardez, on en serait là ».

Les gens qui ont de la résistance au changement il faut beaucoup accompagner, beaucoup expliquer, d’où l’importance de la formation.

Les gens qui ont cette résistance de compétence, on va leur montrer que l’outil est pas si compliqué;

Les gens qui ont une résistance de confort, leur montrer que finalement ça va leur apporter un plus ;

La résistance de pouvoir, leur montrer que les décisionnaires restent bien les décisionnaires, mais qu’ils peuvent mieux décider car ils ont plus d’informations.

C’est quoi votre plus grande fierté vis-à-vis de ce projet ?

C’est encore tôt. Mais à ce stade ce qui me rend le plus heureuse c’est de voir qu’il y a des gars sur le terrain qui ont vachement envie de l’utiliser. 

Ils voient bien ce que ça peut leur apporter, ça fait longtemps qu’ils attendent de pouvoir de nouveau être performants et pertinents.

On est dans une logique bottom-up. Ce qui vient du bas est vraiment pris en compte par le haut dans la façon dont on veut gérer la structure. 

On entre dans une démarche participative de co-construction.

On entre dans une démarche participative de co-construction

Comment imaginez-vous travailler avec la solution BluSpark demain ?

Je pense que l’usage va être exponentiel.

Il y a plein de choses qu’on va pouvoir faire avec cette application. Par exemple, des contrôles de conformité, l’utiliser comme une solution de GMAO, etc.

J’attends aussi qu’on aille vers une implication de la part des adhérents [communes et agglomérations] sur la gestion du territoire.

Que nos adhérents puissent également devenir acteurs de sa bonne tenueCe serait une belle occasion de pouvoir mettre en place un discours commun.

Et après, à plus long terme, qu’on ait vraiment un riverain acteur.

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur email